Atelier lyrique 2019-2020 : La flûte enchantée de Mozart

Atelier lyrique 2019-2020

La flûte enchantée,
un opéra drôle, tendre, féerique et farfelu

Tout un programme…

Grâce à l’Atelier lyrique dirigé par Florence Akar, une dizaine de chanteurs recevront des conseils d’excellence autour de La Flûte enchantée de Mozart. Ces solistes pourront se confronter au travail de la formation musicale et technique, ils devront apprendre à travailler avec la pianiste, donner vie à la partition, incarner des personnages et comprendre les enjeux dramaturgiques.

© Photo : Depositphotos.com

Le contexte

La flûte enchantée a vraiment été créée pour contrecarrer la toute-puissance de l’opéra italien en proposant une œuvre au caractère exotique, populaire et héroïque alliant à la fois la pantomime et le fantastique. Il faut plaire et on sait que les spectacles avec des tours de magie, des personnages sympathiques et des héros populaires, des enchantements et des intrigues invraisemblables étaient à la fin du XVIIIe siècle le meilleur moyen de plaire à un public exigeant et, il faut bien le dire, parfois dissipé.

La partition nous offre une grande variété de styles. Il y a le lied viennois ou la chanson populaire, qui constitue la base de l’intervention de Papageno. Il y a aussi des numéros d’opéra bouffe (intervention des trois dames au tout début ou le duo de Papageno et Papagena). Le fantastique est très bien incarné par le trio des jeunes garçons. Il y a aussi des passages d’une grande intensité dramatique comme le trio de Sarastro, Pamina et Tamino.
On trouve enfin l’aria typique de l’opéra seria « di bravoura » dans les airs de la reine de la nuit.
L’opéra est donc, on le voit, constitué d’un assemblage savamment étudié de facteurs juxtaposés suivant un discours d’une fluidité théâtrale extraordinaire. L’art du chant y est ici un résumé des techniques d’expression et des affetti développés au XVIIIesiècle.

Les personnages

Tamino (ténor) : un jeune prince, Pamina (soprano) : la fille de la reine de la nuit, Papageno (baryton) : l’oiseleur de la reine, Papagena (soprano) : la jeune compagne de Papageno, La reine de la nuit (soprano) : mère de Pamina et grande rivale de Pamino, Sarastro ( basse) : le grand Prêtre, un homme d’une grande sagesse, Monostatos (ténor) : le chef des esclaves, Les trois dames (mezzo, soprano, alto) : les suivantes de la reine de la nuit, Le chœur et… les trois jeunes garçons (enfants) : de curieux petits génies…

Dans le détail
Le personnage de Tamino donne forme à des émotions d’innocence et de courage. L‘étendue de son registre est moyenne, avec une ligne de chant épurée et vigoureuse. Pamina est intègre, limpide, chaleureuse et courageuse. L’étendue de son registre est lisse, sans fioritures. C’est une voix fraîche, lyrique et musicale. Papageno est une fusion de l’ancien domestique et du bouffon. C’est la représentation de l’âme d’enfant, la joie de vivre de Mozart. Son rôle demande de la vitalité et un timbre brillant, une diction claire. La reine de la nuit est une mère de contes de fées. Elle doit faire preuve de tendresse et montrer son désir de vengeance. C’est un rôle qui exige force et virtuosité. Tous les autres rôles restent dans des tessitures agréables à chanter.

Références

Pour travailler son rôle

Voici quelques questions qui seront posées aux chanteurs pour travailler leurs rôles lors de l’atelier lyrique…

Analyse du personnage : Qui suis-je ?
Analyse des circonstances : Que ferais-je si je rencontrais dans la vie les mêmes situations ?
Analyse de la scène : Que se passe-t-il avant, après ? Quel objectif poursuit le personnage que j’interprète ? Quelle est la réalité émotionnelle de la scène dans laquelle j’interviens ?

Enregistrements de référence

Luccia Popp, Edita Gruberová, sous la direction de Bernard Haitink, CD EMI, 1985
Kathleen Battle, Luciana Serra, sous la direction de James Levine, DVD Deutsche Grammophon, 1991.

Atelier lyrique : Florence Akar, professeure de chant

Florence Akar a accompli une formation musicale poussée en piano, clavecin (premier prix et médaille d’or) et chant au CNR de Paris, au CNSM de Paris. Après s’être perfectionnée en classe de mise en scène à la Schola Cantorum avec Marcel Feru, ancien directeur du théâtre de Tourcoing, elle a poursuivi ses études à l’atelier lyrique de l’opéra de Toronto au Canada dirigé par Richard Bradshow. Elle a aussi reçu le premier prix de chant (performance diploma) au Royal Conservatory de Toronto en étudiant avec le baryton Joel Katz, chef de chant au Staatsoper, à Berlin et à Bayreuth. De plus, elle a suivi les cours d’interprétation de Louis Quilico. Elle monte chaque année des projets vocaux autour d’un thème précis. Lors de cette session, les participant.e.s seront accompagné.e.s par la pianiste Yuri Higuchi.

diam Donec Aenean id in facilisis mi, Praesent consequat.

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer