LES COUPS DE CŒUR DE…

Olivier Portail

Au temps où les batteurs chantaient…

Roy Haynes, Max Roach, Sidney Catlett

© Photo : Shutterstock

Le jazz d'Olivier Portail : «Quand les batteurs chantaient…»

Mes préférences à moi…

Je trouve particuièrement passionnant d’écouter ces batteurs bop des années cinquante qui jouaient de la batterie comme s’il s’agissait d’un instrument mélodique. Parmi ceux dont la couleur donnée au jeu de batterie épouse le thème mélodique, deux grands noms me viennent à l’esprit : Roy Haynes et Max Roach. Mais il y en a d’autres, bien sûr. Je vous propose quatre extraits…

A très bientôt,

Olivier Portail

Le jazz d'Olivier Portail (1)

On retrouve Roy Haynes dans un album magnifique de Thelonious Monk intitulé « Misterioso », enregistré au Five Spot Café de New-York en août 1958.
Thelonious Monk y est accompagné de Johnny Griffin au sax ténor, Ahmed Abdul Malik à la contrebasse et Roy à la batterie. Dans « In Walked Bud », morceau de 32 mesures de forme AABA, Roy prend un chorus de 2 grilles, soit 64 mesures. Dans la première grille du chorus, il joue le thème comme pourrait le faire un autre musicien. On peut signaler au passage, un clin d’œil au thème, « It don’t mean a thing…», à la fin du chorus de sax.

Le jazz d'Olivier Portail (2)

Un autre bel exemple est l’hommage rendu par Max Roach à l’un de ses batteurs fétiches, le grand Sidney Catlett, dans le morceau « For Big Sid » qui est un chorus d’anthologie pour les batteurs.

Le jazz d'Olivier Portail (3)

Ce morceau est inspiré d’un thème appelé Mop Mop, où l’on retrouve Sidney Catlett à la batterie, dans le quartet du pianiste Art Tatum aux côtés de Coleman Hawkins au sax ténor et Oscar Pettiford à la contrebasse. L’enregistrement date du 18 janvier 1944, dans un grand concert donné au Metropolitan Opera de New-York avec les meilleurs jazzmen de l’époque. Il est enregistré par la radio militaire pour les « V Discs », disques de la victoire, destinés à encourager les militaires pendant la seconde guerre mondiale.

Le jazz d'Olivier Portail (4)

Et pour terminer un album magnifique du quintet Max Roach – Clifford Brown où on pourra écouter les solos très mélodiques du batteur, comme celui sur Jordu…

Publication :
avec la collaboration de gdc, bénévole – 05/05/2020
Sources : YouTube,
Wikipedia…

felis consectetur ut ipsum efficitur. sem, elit. amet, ut porta. ultricies suscipit