Le petit bal perdu, le coup de cœur de Brigitte Le Gargasson

LE COUP DE CŒUR DE…

Brigitte Le Gargasson

Le petit bal perdu

chanté par Bourvil et mis en image par Philippe Decouflé

Le petit bal perdu, coup de cœeur de Brigitte Le Gargasson
Lire la vidéo

Ma préférence à moi…

Pour moi, cette chanson contient toute la magie de « La Chanson » : un texte simple, presque naïf, sur une musique populaire… Et qui dégage une intense émotion ! C’est l’évocation de ces amoureux qui dansent sur les gravats d’un petit bal perdu… après une guerre ! C’est l’immense tendresse que transmet la voix de Bourvil. Ce sont, pour notre délice, et comble de poésie, les images de Philippe Decouflé qui traduit tout ça en langage sourd et muet ! Oui, dans mon île déserte, c’est ça que j’emmènerai.

Bien à vous,

Brigitte Le Gargasson

Le texte

Non ! je n’m’en souviens plus
Du nom du bal perdu
Ce dont je me souviens
C’est de ces amoureux
Qui ne regardaient rien autour d’eux

Y’avait tant d’insouciance
Dans leurs gestes émus
Alors quelle importance
Le nom du bal perdu…

Gaby Verlor, compositrice et chanteuse française, présente cette chanson à Juliette Gréco, parmi d’autres propositions. Celle-ci  est tellement enthousiaste que Gaby Verlor demande à Bourvil s’il permet que Juliette Gréco l’enregistre avant lui. L’acteur-chanteur accepte sans difficulté. La version de Juliette Gréco paraîtra en mars 1961 et celle de Bourvil au mois de décembre de la même année.

Les interprétations

Les arrangeurs de la chanson, pour Juliette Gréco, et pour Bourvil, mettent l’accordéon au premier plan de leurs orchestrations. Bertrand Dicale, journaliste spécialisé dans la chanson française, écrit à propos de l’emploi de cet instrument : « Si, chez Gréco, il est souvent remplacé après le premier couplet par des notations au clavecin, à la guitare électrique ou au piano, il est presque toujours présent chez Bourvil, où il fait persister les couleurs et l’atmosphère du bal. Mélancolie d’un souvenir très réaliste chez le chanteur-acteur, rêverie poignante chez Gréco ».

Publication : gdc – 26/03/2020

Retour vers le haut
mattis in sit ipsum risus. ut