Le billet Chansons

Et si, cette semaine,
on poussait la chansonnette ?

  • Billets de Florence - 30 avril 2020
  • Shutterstock

Des chansons murmurées, des chansons à plein poumon, des chansons sobres… Cette semaine, elles vous dérangent, vous émeuvent, vous amusent… Plurielles et surprenantes, ces chansons sont à l’image des histoires, accompagnant parfaitement des scénarios, mais pouvant aussi bien s’écouter ou s’apprécier sans les images. De nombreuses collaborations entre réalisateurs et compositeurs sont aujourd’hui mythiques : en voici quelques-unes.

Florence Akar

Lire la vidéo

Les Temps modernes est une comédie dramatique américaine, sortie en 1936. Chaplin était vivement préoccupé par les problèmes sociaux et économiques des années trente. En 1931, il quitta Hollywood pour faire un tour du monde en dix-huit mois. En Europe, il fut troublé par la montée des nationalismes, par les effets sociaux de la crise, du chômage et de l’automatisation.
Le film est une satire du travail à la chaîne et un réquisitoire contre le chômage et les conditions de vie d’une grande partie de la population occidentale lors de la Grande Dépression.

Les temps modernes

Chaplin réalisateur, acteur, compositeur

Charlie Chaplin compose lui-même la musique et s’intéresse personnellement à la technique de création. Ainsi, pour une scène où il doit y avoir des gargouillis d’estomac, il crée personnellement les bruitages en soufflant des bulles dans un seau d’eau. Un tel enthousiasme et une telle implication montrent bien son intérêt pour tout ce qui touche au son. Une note au sujet des éventuels effets musicaux indique : « Les bruits naturels font partie de la composition, c’est-à-dire klaxons, sirènes et cloches à vaches insérés dans la musique. » Les bruitages sont devenus un élément à part entière de la partition musicale.
Fait rare dans le cinéma muet, on entend sa voix à un moment unique. Engagé comme garçon chantant, il doit remplacer le ténor romantique. Il écrit les paroles sur ses manchettes, mais celles-ci s’envolent à son premier geste. « Sing ! Never mind the words », lui crie sa partenaire en coulisses… Et voilà Charlot obligé d’improviser la chanson dans un merveilleux charabia international. Parodie du cinéma parlant que Chaplin trouvait ridicule !

La la land
de Damien Chazelle

À Los Angeles, un tourbillon de chansons et de ballets magnifie les amours impossibles de deux artistes rêveurs : La la land (2017), film dansé et chanté. Nous n’avons pas résisté en ces temps de confinement à vous proposer un embouteillage monstre.
L’action se déroule, en grande partie, dans la ville de Los Angeles en Californie. Mia Dolan, actrice en devenir, partage sa vie entre son petit boulot de serveuse dans un café et les auditions qu’elle passe pour tenter de se faire connaître. Sebastian Wilder, passionné de jazz, joue du piano dans des clubs pour tenter de vivre plus aisément. Leur vie rêvée est donc encore bien loin de la réalité. Les jeunes gens se rencontrent par hasard et se lient d’amitié…

Le réalisateur Damien Chazelle, avec sa formation de batteur de jazz, affirme avoir une prédilection pour les films musicaux. Afin de stimuler la créativité de l’équipe et des acteurs, il organise sur le plateau chaque vendredi soir des projections de films qui l’ont inspiré : Les Parapluies de Cherbourg, Chantons sous la pluie… Afin d’interpréter les six chansons où leurs personnages interviennent, Emma Stone et Ryan Gosling ont suivi des cours de danse et de chant.

Lire la vidéo

Lors de la 74e cérémonie des Golden Globes, La La Land reçoit un record historique de sept récompenses dont l’Oscar du meilleur réalisateur pour Damien Chazelle et de la meilleure actrice pour Emma Stone ainsi qu’une double consécration pour le compositeur Justin Hurwitz (meilleure musique et meilleure chanson originale).
Regardez l’époustouflante scène d’ouverture sur une bretelle d’autoroute saturée de Los Angeles, direction Hollywood, où les deux héros apparaissent tardivement. Des dizaines d’automobilistes sortent de leur véhicule et se mettent à danser au soleil, à chanter leur joie, leur enthousiasme pour leur ville et sa spécialité : le show-business.

© Capture YouTube

Lire la vidéo

Souvent le spleen s’exprime en chanson comme dans Casablanca avec « As time goes by », chanson tirée du film américain réalisé par Michael Curtiz en 1942, avec la belle Ingrid Bergman et Humphey Bogart (et Dooley Wilson, le pianiste).
La célèbre chanson jouée par Sam avait été composée en 1931 par Herman Hupfeld pour « Everybody’s welcome », un spectacle présenté à Broadway.

© Capture YouTube

Casablanca
de Michael Curtiz

À Casablanca, pendant la Seconde Guerre mondiale, le night-club le plus couru de la ville est tenu par Rick Blaine, un américain en exil. Mais l’établissement sert également de refuge à ceux qui voudraient se procurer les papiers nécessaires pour quitter le pays. Lorsque Rick voit débarquer un soir le dissident politique Victor Laszlo et son épouse Ilsa, quelle n’est pas sa surprise de retrouver dans ces circonstances le grand amour de sa vie…

Le film de Michael Curtiz a connu un succès immédiat qui ne s’est pas démenti depuis. La plupart des critiques ont vanté les performances charismatiques de Humphrey Bogart et Ingrid Bergman, l’alchimie entre ces deux vedettes, la profondeur des personnages de fiction, la finesse du scénario ainsi que l’impact émotionnel du film dans sa globalité. Casablanca a reçu en 1944 l’Oscar du meilleur film.

© Capture YouTube

The Sound of Music
de Robert Wise

La Mélodie du bonheur

Comme son nom l’indique, La Mélodie du bonheur est un hymne à la bonne humeur empli de bons sentiments. « The Sound of Music » est un film musical américain de Robert Wise sorti en 1965 avec Julie Andrews. Lorsqu’elle fut créée sur scène en novembre 1959, deux ans après West Side Story, La Mélodie du bonheur de Richard Rodgers et Oscar Hammerstein (le librettiste de Show Boat), s’imposa vite comme une pièce qui dispensait, à parts égales, une réflexion sur des événements politiques graves (l’Autriche de l’Anschluss) et un divertissement qui enchante encore. Nombre de ses chansons sont devenues depuis des classiques : Edelweiss, My Favorite Things, Climb Ev’ry Mountain, Do-Re-Mi

Lire la vidéo

Maria, une jeune femme pleine d’esprit quitte le couvent pour devenir la gouvernante des sept turbulents enfants du Capitaine von Trapp, un militaire autrichien, veuf et autoritaire…
Oscars en 1966 du meilleur film, meilleur réalisateur, meilleur son, meilleur montage, meilleure adaptation musicale.

© Capture YouTube

Life of Brian
de Terry Jones

Scénario : les Monty Python

Enfin, une évidence pour vous souhaiter de l’énergie, de l’espoir et la volonté de prendre les choses du bon côté : La Vie de Brian.

Le film, sorti en 1979, raconte l’histoire de Brian Cohen, né dans une étable avoisinant celle d’un autre bébé, tous deux nés le même jour, à la même heure. L’autre bébé étant Jésus de Nazareth, l’histoire de Brian va se retrouver mêlée à celle du Christ dans un imbroglio délirant.

Dans tous leurs films, les Monty Python poussent la chansonnette. Les notes s’égrènent sur des musiques entraînantes et des paroles absurdes qui n’ont pour vocation que de faire rire. La Vie de Brian ne fait pas exception à la règle. C’est Geoffrey Burgon, compositeur anglais de style assez classique, qui est choisi pour accompagner les délires des six compagnons sur tous leurs films.

Lire la vidéo

« Always Look on the Bright Side of Life », chantée par tous les protagonistes à la fin de La Vie de Brian, va devenir culte. On la doit à Éric Idle qui, pendant le tournage de la dernière scène, alors que tous les acteurs sont en train de suer à grosses gouttes en restant accrochés à leur crucifix, commence à chantonner et à improviser quelques paroles.

© Photo (ajout du 31 mars 2004) | Carlotta Films.

Et plus, si affinités…

Les billets de Florence | le billet Chansons du 30 avril 2020 : Sister Act :

Montée rythmique progressive pour Ryan Toby dans « Oh Happy Day », Sister Act 2. Échauffez-vous la voix, ça va swinguer ! Sister Act, film américain d’Émile Ardolino, sorti en 1992, musique signée Marc Shaiman (un Oscar pour Le retour de Mary Poppins) est un grand classique du cinéma américain des années 90. Impossible donc d’être passé à côté. Souvenez-vous : Dolores Van Cartier (Whoopi Goldberg), chanteuse de cabaret, est envoyée au couvent de San Francisco après avoir assisté à un meurtre. Elle devient alors Sœur Marie-Clarence et dynamite la chorale. Avec une histoire des plus originales, le film séduit par ses personnages éclectiques et son répertoire musical qui groove.

Les billets de Florence, le billet Chansons du 30 avril 2020 : Chantons sous la puie

Immortalisé à Hollywood, l’imparable Chantons sous la pluie est parfait pour éveiller votre journée. Singin’ in the Rain est un film musical américain de Stanley Donen et Gene Kelly, sorti en 1952. Il dépeint joyeusement le Hollywood des années 1920 et la transition du film muet au film parlant à travers le parcours de trois artistes. Lauréat de l’Oscar de la meilleure musique de film, pour Lennie Hayton en 1953.
« Good Morning, Good Morning, We’ve talked the whole night through »

Billet de Florence - Billet Chansons du 30 avril : La nuit du chasseur

Un conte pour enfants cauchemardesque. Le classique des classiques avec l’inoubliable Robert Mitchum, La Nuit du chasseur, unique film de Charles Laughton.
Persuadé qu’il est missionné par Dieu pour faire disparaître les femmes — et spécialement les riches veuves — en quête d’amour spirituel et charnel, Harry Powell se fait finalement arrêter pour un simple vol de voiture. Ben Harper quant à lui est un père de famille subissant la crise économique des années trente aux États-Unis. Il tue deux personnes en commettant un hold-up. Juste avant d’être arrêté par la police, il a le temps de confier son butin à ses enfants, John et Pearl. Condamné à mort, il attend le jour fatidique en prison. Les deux hommes partagent alors leur cellule pour quelques nuits. Harry ne perd pas une miette des informations que Harper laisse échapper dans son sommeil au sujet de son magot. Sa liberté retrouvée, le faux prédicateur n’a plus qu’une idée en tête : retrouver cet argent et éliminer si besoin toutes celles et ceux qui se mettront en travers de son chemin…

Mystérieux et inquiétant, le personnage interprété par Robert Mitchum fait figure d’ogre, en opposition totale avec Rachel Cooper, seule adulte responsable du film qui s’apparente à « Marraine » la bonne fée.

En 1955, Walter Schumann compose la musique du film La Nuit du chasseur et remporte un Emmy. La musique n’est pas une simple musique de fond, mais un élément essentiel de l’œuvre. Les apparitions du prêcheur se font régulièrement sur le même mode, tout d’abord sonores par un air siffloté ou le chant d’un cantique, puis visuelles avec son ombre projetée.
« Rêve, mon petit, rêve, même si le chasseur dans la nuit emplit ton cœur enfantin d’effroi, la peur est seulement un rêve. Alors rêve, mon petit, rêve ».

© Lottiefiles
l’avenir de l’animation et du design interactif

Publication : Les billets de Florence – 30 avril 2020
avec la collaboration de gdc, 6 juin 2020

Retour vers le haut
massa Donec luctus mi, quis quis,