Le billet Saveurs

Serrons-nous
les coudes !

Semaine 1 – 9 avril 2020

Lire la vidéo

Café et chocolat

Puisque les serrements de mains, les embrassades nous sont désormais refusés en cette période de confinement, serrons-nous les coudes ! Cette semaine nous vous proposons quelques recettes pour rêver, ressentir, se faire plaisir. De quoi boire et manger : que du bonheur !

Voici donc de quoi commencer votre journée : café et chocolat tiennent de leurs origines exotiques les traits de l’extraordinaire. Ce sont nos drogues favorites : elles excitent les sens. Une flûte volage accommode l’éloge du café que Bach confie à une lumineuse voix de soprano.

« Ah ! J’aime le café si doux/Beaucoup plus que mille baisers » exulte la Cantate BWV 211, écrite pour quelque séance musicale au Café Zimmermann, temple de l’art et de la civilité à Leipzig en 1730. Une jeune fille y manifeste son indépendance face à la rigueur paternelle en revendiquant à part égale pour combler ses désirs, du café et un homme.

Ô vin, dissipe la tristesse

Le vin psychotrope déjoue notre perception du temps comme le fait la musique primitive, celle de toutes les origines humaines, fusion des individus dans le tournoiement collectif de la transe. Et là, enfin, la musique nous libère du temps chronométrique…

© Photo par Aesop Wines sur Unsplash

Lire la vidéo

Dans Hamlet, d’Ambroise Thomas (1868), Hamlet invite une troupe de comédiens à jouer une pièce au cours d’un festin : « Ô vin, dissipe la tristesse ».

Lire la vidéo

© Photo Shutterstock

Poisson et fruits de mer

Une chanson de Sidney Bechet sort en 1938 sous le titre Hold Tight, Hold Tight, évoquant un goût prononcé pour le poisson et les fruits de mer.
Le pianiste et chanteur Fats Waller ainsi que les Andrew Sisters, entre autres, reprirent le morceau, perle de bonne humeur qui nous met en appétit…

“…Want some sea food, Mama
Shrimps and rice they’re very nice…”

Le cake d'amour…

Impossible de passer outre notre merveilleux Michel Legrand et son cake d’amour. Voilà que la musique et les contes nous rattrapent avec des souvenirs d’enfance.

Jetez un petit coup d’œil sur cette recette que Béa a concoctée spécialement pour vous : le cake de Peau d’âne revisité (au pamplemousse et au miel)…

Lire la vidéo

« Le conte de Peau d’Âne est difficile à croire,
Mais tant que dans le monde on aura des enfants,
Des mères et des mères-grands,
On en gardera la mémoire. »
Charles Perrault

Lire la vidéo

© Capture Piston Captation

Découvrez l'« Ear food »

Dans cet album qui date de 2008, le trompettiste Roy Hargrove et son quintette nous initie à l’« Ear food ».
Écoutez ce son magnifique qui semble avoir été créé pour les amoureux des fourneaux…

Brillant trompettiste à l’avant-garde du jazz et du « crossover » mêlant jazz et hip-hop, Roy Hargrove est révélé par Wynton Marsalis en 1987. Il s’est produit avec les plus grands noms du jazz : Herbie  Hancock, Sonny Rollins et Oscar Peterson. Il est décédé le 3 novembre 2018 : il avait 49 ans.
Source : France Musique

Quel goût pourrait avoir votre chanson fétiche ?

« Ouvrez bien grandes vos papilles, car le géant suédois du streaming Spotify (qui n’en est pas à sa première innovation technologique) a créé un dispositif qui transforme chacun des 44 millions de morceaux de musique de son catalogue en… recettes de cuisine ». Cette innovation fort lucrative a été rendue possible grâce à un algorithme basé sur la synesthésie, ce phénomène dans lequel la stimulation d’un sens conduit à celle d’un autre sens : en gros, la correspondance des sens. Selon les sources de France Musique, le projet aurait demandé plus de six mois de travail. Il a été piloté par trois personnes : un neuroscientifique, un chef d’orchestre et un chef cuisinier brésiliens. 

© Source : Musique connectée – France Musique – Suzanne Gervais
© Photo : Louis Hansel sur Unsplash

Asperges

Selon Charles Baudelaire, seuls les artistes étaient capables de déchiffrer le sens des analogies permettant de passer du monde des perceptions à celui des idées. Aujourd’hui, Spotify le fait aussi.
Relisons Les Fleurs du Mal…

Et plus, si affinités…

Patricia Petibon

Il a fallu La Bonne Cuisine de Bernstein (1947) pour oser chanter des recettes de cuisine, françaises évidemment. Avec Patricia Petibon

Nino Ferrer, Les cornichons

Petite friandise avant de nous quitter et en vue du prochain grand pique-nique : Les Cornichons, de NinoFerrer.

© Lottiefiles
l’avenir de l’animation et du design interactif

Publication : Les billets de Florence – 9 avril 2020
avec la collaboration de gdc, 29 mai 2020

Retour vers le haut
mattis leo ut in id libero