LE COUP DE CŒUR DE…

Lidia Tobola

Rafal Blechacz

Frédéric Chopin, Concerto pour piano n°1 en mi mineur

Rafal Blechacz, coup de cœur de Lidia Tobola
Lire la vidéo

Ma préférence à moi…

J’ai découvert sur Arte ce jeune pianiste : il avait 20 ans. Son jeu naturel et évident m’a subjuguée et j’ai acheté tous ses enregistrements. Rafal Blechacz vient chaque année à Paris, ce qui m’a permis de l’écouter de nombreuses fois en concert. Malheureusement, son dernier concert programmé en juin au théâtre des Champs Élysées a été annulé.

Voici le concerto n° 1 de Chopin avec le son sublime de cet interprète. Laissez-vous transporter par la beauté de cette mélodie intemporelle. Ses rubatos sont si particuliers et difficiles à réaliser — tout est transmis naturellement dans cette interprétation du jeune polonais. Écoutez son immense sensibilité, la profondeur de son jeu.

Bien à vous,

Lidia Tobola

Rafal Blechacz, l’âme slave de Chopin

Par sa sonorité lumineuse, sa vision globale des œuvres, Rafal Blechacz, 35 ans, se situe dans la lignée des pianistes penseurs : il est titulaire d’un doctorat de philosophie.
Lors du concours Chopin, le 21 octobre 2005, sa performance artistique a été jugée tellement supérieure à celle de ses concurrents que le jury international a trouvé opportun de ne pas attribuer le deuxième prix, afin de marquer la distance entre Rafał et ses concurrents.

Outre la médaille d’or, Rafał a été gratifié de trois prix spéciaux : « meilleure performance pour une mazurka », « meilleure performance pour une polonaise » et « meilleure performance pour un concerto ».

Le concerto de Chopin

Chopin interprète pour la première fois ce concerto le 11 octobre 1830 au Théâtre national de Varsovie. Il a 20 ans et c’est un concert d’adieu. Le pianiste part pour Vienne où il espère faire fortune. Il a deux partitions dans ses bagages dont le concerto n° 2. Lorsqu’il finit par s’établir à Paris, il les propose à un éditeur qui préférera le concerto en mi mineur en raison des difficultés techniques du concerto en fa mineur, pourtant antérieur mais peu propice à l’usage domestique des pianistes amateurs, même si la partie de piano est déjà redoutable.

Vous pouvez retrouver un extrait du premier mouvement de ce concerto dans le film Le Pianiste de Roman Polanski.

Sources : YouTube, Wikipedia.

Retour vers le haut
id sed mi, risus quis, Aenean ut eleifend felis elementum ut